Archive for février 2009

Philippe Genty en tournée !

28/02/2009

Philippe Genty et sa compagnie reviennent en Israël avec un nouveau spectacle plein de magie, surprises, illusions et cadres oniriques inoubliables, aux sons de la formidable musique du compositeur René Aubry.

« Un voyage plein d’humour plus drôle et amusant que dramatique. L’humour est le meilleur moyen pour calmer nos démons prives… », Philippe Genty

« Le nouveau spectacle de Philippe Genty est un chef-d’oeuvre dans lequel on peut trouver tout ce que individualise le travail de Genty. Il a ce talent particulier de nous emporter à travers un voyage dans un monde où l’imagination et l’humour règnent », Le Nouvel Observateur

Cliquez sur l’image pour visionner la vidéo du spectacle.

genti3

Herzliya – Centre d’arts Scéniques
3-7 Mars, 2009
1-700-70-29-29

Haifa Auditorium
10-14 Mars, 2009
Garber: 04-8418411, 04-8384777
Etos: 04-8353508
www.garber-tickets.co.il

Jérusalem – Théâtre Sherover
17-18 Mars, 2009
Bimot: 02-6237000
Klaim: 02-6222333
Théâtre: 02-5605755
www.jerusalem-theatre.co.il
www.bimot.co.il

Tel Aviv – Théâtre Beit Lessin
20-22 Mars, 2009
Leaan: 03-5247373, 03-5270545
Théâtre: 03-7255333
www.leaan.co.il

Publicités

Conférence à l’Institut

26/02/2009

Le jeudi 26 février à 20:00 Katell Berthelot prononcera une conférence  sur  » Le sort des Cananéens – les commentateurs juifs de l’Antiquité face aux textes bibliques relatifs à la conquête de Canaan ».

Katell Berthelot est chercheur au CNRS, historienne spécialisée dans l’étude du judaïsme à l’époque hellénistique et romaine. Elle travaille actuellement au Centre de Recherche Français de Jérusalem, et prépare un livre sur l’histoire des interprétations juives des textes relatifs à la conquête de Canaan.

« Israël-Palestine : l’emprise des images »

19/02/2009

Le mardi 24 février à 20h00, nous vous convions à l’Institut français pour une projection du documentaire de Jérôme Bourdon, en présence du réalisateur.

israelpalestine

Betsy Jolas en concert à Tel Aviv

09/02/2009

Betsy Jolas et ses musiciens en solistes invités  de l’ensemble israélien « Musica Nova » se produiront lors d’un concert exceptionnel au théâtre Tmuna, le  vendredi 13 février à 14h.

Née à Paris en 1926 de parents d’origine américaine et lorraine, Betsy Jolas s’établit avec sa famille aux Etats-Unis en 1940. Elle y termine ses études générales, puis poursuit au Bennington College des études supérieures. Parallèlement, elle chante dans les chœurs Dessof, où elle est également accompagnatrice à l’orgue et au piano, découvrant ainsi le répertoire polyphonique de la Renaissance qui la marquera profondément. En 1946, de retour en France avec sa famille, elle étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris sous la férule d’Olivier Messiaen et de Darius Milhaud.

betsy

Compagnon de route du Domaine Musical puis des grands festivals de l’avant-garde musicale, Betsy Jolas endosse en 1972 l’habit de professeur d’analyse musicale au Conservatoire National Supérieur de musique de Paris, succédant à Olivier Messiaen ; en 1978, elle y devient professeur de composition. Elle enseigne également dans les universités américaines de Yale, Harvard, Berkeley, USC, San Diego, ainsi qu’à Mills College (chaire Darius Milhaud). Elle est nommée en 1983 membre de l’Académie américaine des Arts et Lettres. En 1985, elle est élevée au grade de Commandeur des Arts et Lettres. Ses œuvres, jouées aujourd’hui dans le monde entier par des artistes et ensembles de premier plan, ont été couronnées par de nombreux prix de composition nationaux et internationaux.

Exposition européenne de VideoArt au Musée de Tel Aviv

04/02/2009

Les pays européens s’associent à 21 pour fêter les 100 ans de Tel Aviv au Musée de Tel Aviv. Chacun des pays a choisi un artiste pour participer à l’exposition « Sounds & Visions : Artists’ Films & Videos from Europe. The Last Decade ». L’exposition aura lieu du 6 février au 7 mars.

2261

La France sera représentée par l’artiste Cyprien Gaillard. Entre vandalisme et esthétique minimale, romantisme et Land Art, son travail de Cyprien Gaillard interroge la trace de l’homme dans la nature de façon iconoclaste. Qu’il insère des tours modernistes dans des gravures paysagères hollandaises du XVIIème siècle, transformant ainsi les visions naturalistes de Rembrandt en terrains à bâtir (Believe in the Age of Disbelief, 2005) ou qu’il fasse transporter les ruines d’une tour démolie pour en paver l’allée d’un château (La grande allée du château de Oiron, 2008 ) ; qu’il déclenche, dans des paysages soigneusement choisis, des extincteurs industriels afin de produire un nuage vaporeux en même temps qu’une menace sourde (Real Remnants of Fictive Wars, 2003 – 2008 ) ou qu’il interroge la notion du pittoresque en transformant ses nuages de fumée en retouches de peinture sur des toiles anciennes (The New Picturesque, 2007-), Cyprien Gaillard représente l’architecture contemporaine comme une ruine moderne sur le point d’être envahie par la nature, tel que le faisait le peintre ruiniste Hubert Robert avec le Louvre au XVIIIème siècle.