Archive for février 2008

DJ JOAKIM

29/02/2008

DJ Joakim sera ce soir, vendredi 29 février, au Barzilay à partir de minuit. Il officiera derrière les platines en compagnie d’un DJ allemand et d’un DJ israélien pour une soirée co-produite par l’Institut français et le Goethe Institute de Tel Aviv, avec le soutien du Fonds franco-allemand créé pour encourager les collaborations artistiques en pays tiers.

De son vrai nom Joakim Boaziz, Dj Joakim est un acteur majeur de ce que l’on a surnommé la nouvelle vague des musiques électroniques françaises, emmenée par les Daft Punk devenus en quelques années mondialement connus. Issu du conservatoire, Joakim apprend le piano dès l’âge de six ans. Pendant son adolescence il découvre le rock indépendant, puis la musique produite par des labels de musique électronique tels que Warp ou Mo Wax. C’est le jour où un ami lui prête un synthétiseur qu’il commence à s’intéresser de près aux possibilités qui lui sont offertes par l’électronique en musique.

Quelques mois de travail lui suffisent alors à compiler un premier album, Tigersushi, sorti en 1999, éveillant la curiosité et suscitant l’enthousiasme de la presse spécialisée. En 2001, DJ Joakim fonde son propre label qu’il nomme d’après le titre de son premier album. Il y produit des artistes comme K.I.M., Panico ou encore Volga Select. Mais Tigersushi devient également un site internet qui regroupe une web radio et une banque de données musicale aussi pointue qu’éclectique.

Depuis, DJ Joakim a sorti deux autres albums : Fantômes en 2003 et Monsters And Silly Songs en 2006 qui ont tous deux été salués pour leur finesse et leur capacité à mélanger le rock, le jazz et la musique électronique.

ELISABETH LENCHENER-CITROËN 2/4

28/02/2008

Jeudi 28 février, deuxième volet de la série des documentaires d’Elisabeth Lenchener-Citroën à l’Institut français de Tel Aviv, consacré aux « Français qui changent le monde ». Ce soir, à 20 heures, nous vous présentons le portrait d’un célèbre obstétricien, le Pr René Frydman, chef du service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Antoine-Béclère, à Clamart.

Le Pr Frydman est, en France, l’un des pionniers de la procréation médicalement assistée. C’est lui qui a dirigé l’équipe qui, en 1982, a permis la naissance d’Amandine, premier « bébé-éprouvette » français. En 1986, il a accouché le premier bébé issu d’un embryon congelé. Il a réalisé en 2000 la première naissance après un diagnostic préimplantatoire et en 2003, la naissance du premier bébé français issu d’une maturation in vitro.

rene-frydman.jpg

René Frydman travaille donc sur un terrain qui fut et reste encore le lieu de nombreuses controverses. Il déclarait l’année dernière à l’Express à propos de la naissance d’Amandine : « Nous avions brisé un tabou en manipulant l’embryon, que l’on considérait alors comme intouchable. Très vite, les discussions se sont focalisées sur la notion d’être humain : à partir de quand peut-on parler d’une personne ? Cette interrogation continue aujourd’hui de diviser la société; elle est au centre de tous les débats autour de la procréation. »

Le documentaire d’Elisabeth Lenchener-Citroën retrace, à travers des interviews et des images d’archives, le parcours exemplaire d’un médecin dont les convictions, tant personnelles que professionnelles, ont été déterminantes pour notre société.

ELISABETH LENCHENER-CITROËN 1/4

26/02/2008

Nous accueillons Elisabeth Lenchener-Citroën à l’Institut pour la projection de quatre documentaires qu’elle a réalisés autour de personnalités françaises qui ont influencé, par leur action et leur engagement, la pensée de nos contemporains. Les documentaires sont en français et sous-titrés en anglais.

Notez bien la présence exceptionnelle de Serge Klarsfeld le lundi 3 mars pour la projection du documentaire qui lui est consacré et réservez votre place dès à présent ! Attention : le nombre de places est limité.

Le cycle s’ouvrira le mercredi 27 février, avec le documentaire Olievenstein, la drogue et la vie. Né en 1933 à Berlin, le docteur Claude Olievenstein connaît la vie compliquée des grands hommes : il fuit le nazisme dans son enfance, se réfugie en France, écrit une thèse de doctorat sur le LSD et part à la rencontre des hippies qu’il côtoie en Californie à la fin des années 1960. De retour en France, il devient le « psychiatre des toxicomanes » : il est nommé en 1971 Médecin-chef du centre Marmottan à Paris, premier centre d’accueil et de soins exclusivement réservé aux toxicomanes. Claude Olievenstein a quitté le centre en juin dernier à cause d’une grave maladie.

claude-olievenstein.jpg

Elisabeth Lenchener-Citroën a réalisé un portrait de ce psychiatre original qui a consacré sa vie à une meilleure prise en charge des drogués et qui a contribué, à travers ce combat, à une profonde réforme des consciences.

Pour aller plus loin : œuvres de C. Olievenstein
Ecrit sur la bouche, éditions Odile Jacob, 1992
Le non-dit des émotions, éditions Odile Jacob, 2000
Comme un ange cannibale, éditions Odile Jacob, 2002

PORTES OUVERTES AU LYCEE FRANCO ISRAELIEN ALLIANCE « MIKVE ISRAEL »

26/02/2008

Missive de « Mikvé Israël » :

lyceeFrancoIsraelien

Chers parents, chers élèves,
En vue de l’ouverture de nouvelles classes au lycée franco-israélien Alliance « Mikvé Israël » en Septembre 2008, nous sommes heureux de vous inviter à la journée portes ouvertes qui aura lieu à Mikvé Israël le
vendredi 7 Mars 2008 de 10h30 à 12h30.
L’équipe du lycée franco-israélien

CÉSAR, OSCAR ET JULIEN

25/02/2008

Vendredi soir dernier, le week-end s’ouvrait par la cérémonie des César 2008. Julie Depardieu a décroché le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour son interprétation dans Un Secret. Saluons au passage le beau palmarès de La graine et le mulet d’Abdellatif Kechiche qui a remporté les César du meilleur film, du meilleur réalisateur et celui du meilleur scénario original. Le César du meilleur acteur a été décerné à Mathieu Amalric pour sa performance dans Le scaphandre et le papillon, actuellement sur les écrans, et celui de la meilleur actrice à Marion Cotillard pour sa remarquable interprétation d’Edith Piaf dans La Môme qui a tant séduit les israéliens. Pour couronner le tout, l’interprète de La Môme a remporté la nuit dernière l’Oscar de la meilleure actrice à Hollywood. C’est une première pour un film en langue française.

marion-cotillard.jpg

Quoi d’autre… Ah : oui ! Nous avons reçu ce matin, lundi 25 février, un mail de nos confrères de Tunis : « Superbe concert avant-hier soir dans la salle du Palais du Baron d’Erlanger bourrée à craquer et un artiste à la joie communicative et d’une virtuosité telle qu’il a ”réconcilié le public avec l’accordéon” aux dires de l’assistance. » Ce concert qui a suscité une telle excitation, c’est celui de Julien « Speedy » Gonzales, un jeune prodige de l’accordéon. Événement : il viendra se produire demain soir, mardi 26 février, dans l’ambiance intimiste de l’auditorium de l’Institut français. Ne manquez pas cet événement qui enchantera tant vos oreilles que vos yeux.

julien-speedy-gonzales.jpg

GODARD-SCOPE

20/02/2008

Mercredi 20 février : la salle numéro 1 de la cinémathèque de Tel Aviv était bien pleine, hier soir, pour la projection d’un document (« ni film, ni documentaire ») d’Alain Fleischer, Morceaux de conversations avec Jean-Luc Godard, à l’occasion de sa venue en Israël pour présenter l’école du Fresnoy qu’il dirige depuis sa création il y a une dizaine d’années. A travers ses rencontres avec divers interlocuteurs, Jean-Luc Godard développe une réflexion sur l’Histoire, la politique, le cinéma, l’image et le temps, qui l’a conduit à s’exposer comme artiste au Centre Pompidou en 2006.

Godard

Egratignant avec un plaisir non dissimulé les productions et réflexions de ses contemporains, habile manieur de polémiques, critique acerbe et cynique, Godard n’a pas changé depuis le temps où il était le chef de file de la Nouvelle Vague. Le cinéma doit remplir selon lui une fonction de résistance, donner à voir au spectateur l’invisible, c’est-à-dire tout ce que l’on ne peut voir qu’à travers l’œil de la caméra. Entre le microscope par lequel on peut observer l’infiniment petit, nous explique Godard, et le télescope qui nous permet d’apercevoir l’infiniment grand, le camé-scope explore l’infiniment moyen, c’est-à-dire le monde des hommes et les infinies possibilités de le présenter. A la sortie de la salle, les discussions se sont prolongées entre Alain Fleischer et des spectateurs séduits et interpellés.

UN SECRET

15/02/2008

Quoi de neuf ce vendredi 15 février ? La météo nous épargne un temps : le soleil pointe enfin le bout de son nez… Mais ça ne va pas durer. Alors, pour vous, on a une idée : quoi de plus idéal qu’un week-end pluvieux pour aller au cinéma ? D’autant plus que le ténébreux Patrick Bruel, la sémillante Cécile de France, Ludivine Sagnier, Julie Depardieu et Mathieu Amalric sont réunis dans un film de Claude Miller, Un Secret, adapté du roman éponyme de Philippe Grimbert.

6226.jpg

Le film a été accueilli en France par de belles critiques  et onze nominations aux Césars ! L’Institut recevait d’ailleurs pas plus tard que mardi le réalisateur et l’écrivain pour une soirée-débat lumineuse animée par Tobie Nathan. Devant une salle pleine comme un œuf, il a été question de l’adaptation littéraire au cinéma. On a ainsi pu apprendre les motivations intimes de Claude Miller qui l’ont amené avec succès à réaliser un film d’allers et retours entre passé et présent autour des questions de l’identité et de la révélation. On ne vous en dit pas plus ! On vous laisse avec une citation de Walter Benjamin en guise de hors d’œuvre : « Il ne faut pas dire que le passé éclaire le présent ou que le présent éclaire le passé. Une image, au contraire, est ce en quoi l’Autrefois rencontre le Maintenant dans un éclair pour former une constellation. ». Shabbat Shalom !