Archive for avril 2008

« Harmoniques 60 » : Trio Joubran

29/04/2008

Nous vous invitons à découvrir le concert inaugurant notre saison « Harmoniques 60 » en Israël. Le Trio Joubran regroupe trois frères autour d’un instrument, le oud (luth arabe) et constitue à ce jour la seule formation de ce genre. Samir, Adnan, et Wissam sont nés à Nazareth, en Galilée, et ont été initiés à cet instrument à cordes dès leur plus jeune âge. Leur virtuosité exceptionnelle, mise au seul service de l’émotion, a été plébiscitée au cours des plus grands festivals mondiaux.

Par de savantes improvisations, reposant sur la connaissance de la culture des maqâms traditionnels et de leurs subtiles relectures, le Trio Joubran exprime harmonie, profondeur, extase et douceur. En outre, le Trio Joubran fait partie de ces pionniers qui, à l’instar d’Anouar Brahem Rabih Abou-Khalil, ont amené le oud vers de nouvelles contrées, comme le jazz, le flamenco ou la musique improvisée.

« En tant que musicien, mon travail consiste à lutter pour garder une place au rêve » confiait Samir Joubran, l’aîné des trois frères, au cours d’une interview. Venez donc partager avec nous un voyage onirique le temps d’un concert.

Trio Joubran, samedi 3 mai à 20h à l’auditorium de Haïfa, 80 NIS
Informations : 04 950 11 35

Réservation : 04 950 02 30

Shmuel Trigano, Un parcours intellectuel entre exil et retour

25/04/2008

Nous avons le plaisir de recevoir Shmuel Trigano à l’auditorium de l’Institut lundi 28 avril à 20h. En compagnie de Roselyne Déry, il nous parlera, à la croisée de sa biographie et de sa bibliographie, de son parcours intellectuel, de ses années de formation et d’enseignement entre la France et Israël. A partir de son expérience propre, il réfléchira plus largement sur la notion d’exil dans le judaïsme.

Shmuel Trigano est sociologue et philosophe. Ses cours à l’université (chaire de socio-anthropologie de la politique) portent sur la sociologie de la connaissance, la sociologie de la politique et de la religion. Ses travaux se déploient sur plusieurs plans, embrassant des questions d’ordre général et liées à l’existence juive, notamment dans sa dimension collective et politique.

Une double recherche les sous-tend : l’énigme de la modernité politique et les conditions de possibilité et d’actualité de l’existence juive dans le monde contemporain.

Directeur du Collège des études juives de l’Alliance israélite universelle, il dirige aussi la revue Pardès. il a enfin fondé en 2000 l’Observatoire du monde juif dont il est le président depuis sa création.

« Harmoniques 60 »

24/04/2008

« Harmoniques 60 » est le nom de la saison musicale que la France met en œuvre pour contribuer sur un mode artistique, en mai, juin et juillet, aux célébrations du 60ème anniversaire de la création de l’Etat d’Israël. Elle se veut donc une opération d’échanges musicaux franco-israéliens, porteuse à la fois de l’idée d’harmonie et de dialogue entre les sons, les peuples et les cultures, mais elle évoque également, en acoustique et en musique, cet ensemble de vibrations subtiles qui sont constitutives de la pureté et de l’équilibre d’un son musical.

« Harmoniques 60 » est produite par l’Ambassade de France en Israël, Culturesfrance et l’Institut français de Tel Aviv, avec le soutien des Centres Culturels Romain Gary de Jérusalem, Gaston Deferre de Haïfa et Nazareth, en liaison avec de nombreux partenaires israéliens tels que le Festival d’Israël, le Festival d’Abu Gosh, le Musée de Tel Aviv, le Festival de Musique Contemporaine, le Festival Sounding Jerusalem, le Festival « Clipa Adouma”, Avisar Savir, Carla Kimhi, Schmuel Zemach, le New Israeli Vocal Ensemble, le Israeli Chamber Project, le Israeli Chamber Orchestra, le Jerusalem Symphony Orchestra.

French Connexion – en route vers la next connexion

22/04/2008

Avant le premier spectacle, French Connexion bénéficiait déjà d’un beau succès d’estime : les articles se sont multipliés dans la presse israélienne, tous louent l’avant-gardisme du projet, l’inventivité des créateurs et la liberté des propositions artistiques.

A cette belle revue de presse s’est ajouté un succès auprès du public. En vrac : soirée d’ouverture très VIP avec Alban Richard, magistral ; Bernardo Montet mu en batracien devant son fidèle public israélien ; ovation pour la virtuosité de Sylvain Groud habité à l’idée de jouer à Tel Aviv ; Jean-Baptiste André seul en piste dans une partition délicate et physique de Christian Rizzo.

Et aussi Dalila Khatir, cantatrice au grand cœur et le chorégraphe Herman Diephuis, apollon cynique, se maltraitent, se dénudent et s’enlacent. « Samson et Dalila, par exemple » nous a touché au cœur.

Voilà ! Après cinq jours d’échanges et de rencontres entre les artistes et le public ou entre artistes français et israéliens, French Connexion est déjà finie. Finalement ce fut trop court. On prend rendez-vous en 2010 pour une troisième édition toujours avec le centre Suzanne Dellal qui continue, vaille que vaille, à prendre des risques et à ouvrir des portes.

D’ici là, notre programme danse est dense et nous le devons largement à l’aide de Culturesfrance qui, après son soutien à French Connexion, s’investit avec nous pour le ballet Preljocaj les 10,11 et 12 juin prochains et, en novembre, dans le cadre de « Tel Aviv Dance », trois compagnies africaines primées lors des prochaines Rencontres Chorégraphiques de Carthage.

À propos vous en parlera.

Nouveau site internet de l’Ambassade de France en Israël

21/04/2008

Le nouveau site de l’Ambassade de France en Israël (www.ambafrance-il.org) est désormais en ligne.

Après deux mois d’absence sur la toile suite à des problèmes de piratage et à une phase de reconfiguration technique, le site de l’ambassade de France en Israël est de nouveau en ligne.

Le nouveau site, doté d’une maquette retravaillée, contient des informations en français et en hébreu sur l’actualité diplomatique, consulaire, et culturelle de la France en Israël. Il se veut le reflet de la richesse des relations entre les deux pays.

Fenêtre de la diplomatie française, on y trouve notamment les dernières déclarations des autorités françaises concernant Israël et le Proche-Orient.

La revue de la presse israélienne, mise en ligne quotidiennement, offre un accès direct à l’actualité locale.

Quant à l’agenda culturel, il présente toute la palette des activités de l’institut français de Tel-Aviv, ainsi que des centres culturels de Haïfa, Nazareth, Beer-Shéva et Jérusalem et de tous les concerts, conférences, expositions et autres manifestations organisées à travers le pays.

Le site contient également de nombreux renseignements pratiques, qu’il s’agisse d’informations concernant les démarches consulaires, les séjours d’étude ou touristiques en France, les cours de français ou les médiathèques.

L’ambassadeur de France en Israël, Jean-Michel Casa s’est particulièrement réjoui de la mise en ligne de ce site rénové : « nous espérons que ce site, plus clair et plus actualisé, saura répondre aux attentes du public, et servira de portail à tous ceux qui souhaitent obtenir des informations en temps réél sur les activités de l’ambassade. Nous sommes à l’écoute des suggestions des internautes pour améliorer encore le service rendu. »

Contact :
Yaël Avran, Attachée de presse
Tél : 03-5208315 ou 054-7720030

Décès de M. Aimé Césaire

18/04/2008

Aimé Césaire, 26 Juin 1913 – 17 Avril 2008

Cahier d’un retour au pays natal – extraits

Partir.
Comme il y a des hommes-hyènes et des hommes-
panthères, je serais un homme-juif
un homme-cafre
un homme-hindou-de-Calcutta
un homme-de-Harlem-qui-ne-vote-pas

l’homme-famine, l’homme-insulte, l’homme-torture
on pouvait à n’importe quel moment le saisir le rouer
de coups, le tuer – parfaitement le tuer – sans avoir
de compte à rendre à personne sans avoir d’excuses à présenter à personne
un homme-juif
un homme-pogrom
un chiot
un mendigot

mais est-ce qu’on tue le Remords, beau comme la
face de stupeur d’une dame anglaise qui trouverait
dans sa soupière un crâne de Hottentot?

[…]

Je viendrais à ce pays mien et je lui dirais :
« Embrassez-moi sans crainte… Et si je ne sais que parler, c’est pour vous que je parlerai. »
Et je lui dirais encore :
« Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir. »

Et venant je me dirais à moi-même :
« Et surtout mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de vous croiser les bras en l’attitude stérile du spectateur, car la vie n’est pas un spectacle, car une mer de douleurs n’est pas un proscenium, car un homme qui crie n’est pas un ours qui danse… »

1938-1939

French Connexion 5/5 : « L’oubli » et « Zones préoccupées » de Sylvain Groud

14/04/2008

Deux ans après la première édition de la « French Connexion », le Centre Suzanne Dellal à Tel Aviv nous propose un nouveau panel de cinq compagnies françaises de danse du 13 au 18 avril.

Le jeudi 17 avril à 21h00 : L’oubli & Zones préoccupées de Sylvain Groud.

Zones préoccupées

« Dans chacune des zones, le corps se débat. Il y développe des états, y cultive des sensations, y subit l’évidence. Il se mesure en une zone de l’intime, puis de l’abject (de l’imposé), de la volonté (de la lutte), de la transmission, aboutissant à cet état final, à l’image de celui du plateau, dévasté, pillé, foulé. Il reste finalement seul et dernier témoin du vécu, comme pour laisser chaque spectateur revenir doucement en son propre corps, sa propre pensée. »

Sylvain Groud

L’oubli

« Un duo qui se débat, exprime l’oubli de soi au travers des corps. Ces corps détachés, offrent un état de transparence, proposent une liberté d’interprétation au spectateur témoin, récepteur de la tension physique. Un état de corps au service d’un état d’esprit. La sobriété et la simplicité de la chorégraphie sont responsables de l’émotion créée. « L’oubli » propose des chemins que les danseurs acharnés empruntent farouchement. Il ne reste que notre propre histoire, avec le choix d’en ordonner le déroulement afin de ne pas en perdre la trace. »

Sylvain Groud

French Connexion 4/5 : « comme crâne, comme culte » de Christian Rizzo

12/04/2008

Deux ans après la première édition de la « French Connexion », le Centre Suzanne Dellal à Tel Aviv nous propose un nouveau panel de cinq compagnies françaises de danse du 13 au 18 avril.

Le vendredi 18 avril à 22h00 : comme crâne, comme culte de Christian Rizzo.

« comme crâne, comme culte revient sur des traces pour en déposer de nouvelles, telles les pensées (prières, visions) accumulées dans l’espace vide, cristallisé par ses possibles. Empreint de souvenirs et de douce nostalgie, comme crâne, comme culte propose un temps d’observation, une écriture précise et découpée dans le vide de l’espace environnant. Plus que jamais l’enjeu de la présence, du détail et de l’intelligence physique à s’auto-définir sont pour moi une pensée-faire, au travail. »
Christian Rizzo


« Christian Rizzo retravaille ici un solo et le donne en interprétation au très talentueux Jean-Baptiste André. Un motard, sans visage, à face de mouche, apparaît, casqué et tout de noir vêtu. Homme insecte, homme araignée, homme accidenté. Lentement, il se noue et se dénoue, prend la pose, puis coupe tout et marche, terriblement viril, imperceptible roulement d’épaules qui fait tout. Puis non, parfois il ne marche pas, il se déplace, insecte. Plie son corps et le casse et l’étire, enfermé dans cette boîte invisible dont il rappelle sans cesse les limites de sa main noire, également enfermée dans un gant, comme son corps dans cette tenue de motard et son visage dans sa résille de mouche. Puis, la musique s’impose, rend, dans un premier temps, sa messe d’insecte absurde, cocasse, puis l’émotion s’immisce imperceptible, un poil tragique, un peu sombre, mais très beau. »
M.L. / « clochettes »

IVAN SMAGGHE PAR-TLV-BLN

11/04/2008

ELECTRO CONNEXION CARSTEN JOST (Berlin), IVAN SMAGGHE (Paris) & DEEPA VJ LIOR SADEH (Tel Aviv) le vendredi 11 avril au Barzilay

La Coopération pour la Culture

French Connexion 3/5 : « Batracien, l’après-midi » de Bernardo Montet

10/04/2008

Deux ans après la première édition de la « French Connexion », le Centre Suzanne Dellal à Tel Aviv nous propose un nouveau panel de cinq compagnies françaises de danse du 13 au 18 avril.

Le mardi 15 avril à 21h00 : Batracien, l’après-midi, de Bernardo Montet.

Chorégraphe et danseur, Bernardo Montet renoue avec le solo, dans Batracien, l’après-midi. Cette création élaborée avec l’artiste Lorella Abenavoli, sculpteure sonore, cherche à donner corps à l’intangible, « à ce qui constitue l’être intime de la matière, son mouvement ».

Vous renouez avec une forme, le solo, que vous n’aviez pas pratiqué depuis longtemps… ?
Depuis presque quinze ans en effet… C’est peut-être un besoin d’éprouver intimement la danse. Nous sommes dans une crise de la représentation et le spectacle est loin de l’expérience profonde de la danse. A chacun sa danse, son geste fondateur. Ce solo me permet de naviguer de manière libre, dans des espaces que j’ai peu explorés jusqu’à maintenant.

Batracien, l’après l’après-midi : voilà un titre intrigant !
Batracien, l’après-midi
pourrait faire référence à l’Après-midi d’un faune. Dans l’imagerie populaire contemporaine le batracien est susceptible de passer du bestial à l’humain, de la plus infâme laideur à la plus grande beauté, de l’indigne au divin. Premier vertébré sorti de l’eau, le batracien témoigne de notre origine, de notre mémoire, convoque notre verticalité dans sa porosité au monde. Batracien, l’après-midi… C’est plonger dans une dimension sensorielle quasiment chamanique.

(extraits d’une interview réalisée par Raymond Paulet du Théâtre National Bretagne dans le cadre du festival “Mettre en scène” en 2007)